Journal de Lecture #6

.

.

PEUPLE

de Déborah Cohen

.

.

Je participe aujourd’hui à ma première Masse Critique Non-Fiction et je tiens à remercier Babelio et les Éditions Anamosa pour l’immense honneur qu’ils me font en me permettant de faire la critique de « Peuple », l’un des premiers titres d’une toute nouvelle collection « Le mot est faible ». C’est pour moi une première car à ce jour je ne m’étais pas encore frottée à genre Littéraire.

.

.

Tout d’abord, je tiens à préciser que j’aime beaucoup le format, le design de cette nouvelle collection (« Le mot est faible »). Une couverture noire avec des mots blancs extraits du texte. Le format, qui diffère de l’ordinaire ( 19×10) est très agréable. On retrouve quelques extraits mis en avant, à l’intérieur du livre, imprimés en gros caractères gras, sur une/des page(s) en format paysage. J’aime d’ailleurs beaucoup cette mise en page, cette mise en avant.

.

Comme je viens de l’écrire ci-dessus, je découvre l’univers de la non-fiction, et c’est pour moi un réel plaisir de le faire avec « Peuple ».

.

.

4ème de Couverture

.

.

Le mot « peuple » sert aujourd’hui à tout mais n’est plus nulle part. Nombreux sont ceux qui s’en réclament ou bien qui prétendent le défendre contre les populismes. Incisif et décapant, ce livre change la perspective ; il montre la nécessité de réinventer des mobilisations qui se passent à présent du mot et se méfient du mythe. 

.

Année de Publication : 7 mars 1969

.

Bio Express :

.

Déborah Cohen est maîtresse de conférences en histoire à l’université de Rouen.

Elle est notamment l’auteure de La Nature du peuple. Les formes de l’imaginaire social (Seyssel, Champ Vallon, 2010)

.

.

Prendre au mot ?

.

Pour beaucoup, le choc a été frontal : avril 2017, Marine Le Pen se lance dans la campagne présidentielle et dit : « Je suis la candidate du peuple ». Et la semaine suivante elle remet ça : « Je fais partie du peuple, je me sens du peuple, je veux défendre le peuple ». Elle ne dit pas « le peuple français » ; juste le peuple.

.

.

Quelques citations :

.

On ne défendait pas le mot, parce qu’on lui croyait toute la force des mythes

.

Le langage a sa propre histoire, ses propres rythmes d’évolution, de sorte que l’expérience est le plus souvent comprise à partir des catégories du passé. Il y a des décalages : pendant un temps, on garde les vieux mots, ceux qu’on connaît, ceux qu’on aime, pour dire des réalités nouvelles.

Mais l’inverse est également possible : il arrive que les mots du passé tout chargé d’histoire et d’images, fassent peur ou apparaissent désuets alors que l’on en a encore, manifestement, besoin.

.

.

Ma note (/5) :  🦋🦋🦋

.

Un mot ? Un concept ? Qu’en est-il de son essence ?

Peuple … un mot lourd d’histoire, devenu un étendard bien que devenu une coquille vide. Et qui depuis peu s’est vu attribué une Couleur, le jaune.

Peuple … Un mot que les politiques s’approprient très facilement, que les « extrêmes » galvaudent !

Peuple c’est essentiellement le « demos », ce « demos » qui régit notre société, qui nous rassure.

Mais Peuple c’est l’ensemble, la norme et c’est aussi le marginal ! Peuple est duel.

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire « Peuple », bien que la non-fiction ne soit pas mon genre littéraire préféré. Cette nouvelle collection est prometteuse, elle remet à l’honneur les mots, ce qui est loin d’être inutile !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

« Si peuple est de l’ordre de l’action et non de la réaction, de l’agir et non de l’être, s’il ne rassemble ni ne crée aucune identité prédéterminée et stable, alors peut-être n’avons-nous pas besoin du mot pour commencer à nous retrouver. Il ne sera chez nous ni le mythe puissant déjà tout armé, ni le préalable à la construction d’une entité d’opposition. Alors, si le mot est faible, mais que notre action sur le réel est forte, nous le rechargerons. Peuple est devant nous, mais il a déjà commencé. »

.

Ce sont sur ces mots que s’achève « Peuple » ….

.

.

Et pour terminer, petite information relative à la nouvelle collection des Éditions Anamosa :

#massecritique #babelio #anamosa #lemotestfaible #peuple #deborahcohen #ideelle #monjournaldelecture #editionsanamosa

Publicités

4 commentaires

  1. Félicitation! Un travail de responsabilité qui va te faire pousser j’espère des ailes supplémentaires. En tous cas tu peuples bien l’article.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s