Mon Journal de Lecture #4

LA CLASSE DE NEIGE

d’Emmanuel CARRERE

Si j’ai choisi de lire ce roman, c’est afin de participer au Défi Littéraire 2019 de Madame Lit .

4ème de Couverture :

Date de Publication : 3 mai 1995

Bio Express :

Emmanuel Carrère est un écrivain, journaliste (ce qui, bien souvent, lui vaut ce style), scénariste et réalisateur français.

Ancien élève de Janson-de-Sailly et diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, descendant d’une lignée de princes russes où l’on a même compté un éphémère roi d’Albanie, il est le fils de Louis Édouard Carrère et de la soviétologue et académicienne Hélène Carrère d’Encausse, et le frère de Nathalie Carrère et de Marina Carrère d’Encausse.

Emmanuel Carrère est l’auteur de plusieurs scénarios, d’une biographie de Philip K. Dick et de nombreux romans dont « La moustache », « La classe de neige », et « L’Adversaire », les deux derniers ayant été adaptés pour le cinéma respectivement par Claude Miller et Nicole Garcia et sélectionnés en compétition officielle au Festival de Cannes.

« Retour à Koltelnitch » (2004) est son premier film en tant que réalisateur. Son dernier film, « La moustache », avec Vincent Lindon et Emmanuelle Devos, est sorti en 2005.

En 2011, « Limonov », une biographie romancée de l’écrivain, dissident et homme politique russe, a reçu le prix Renaudot. En 2014, « Le Royaume » qui raconte l’histoire des débuts de la chrétienté, vers la fin du Ier siècle après Jésus Christ, obtient le prix littéraire du Monde.

En 2018, Emmanuel Carrère obtient le prix de la Bibliothèque Nationale de France (BNF).

Plus tard, longtemps, jusqu’à maintenant, Nicolas essaya de se rappeler les dernières paroles que lui avait adressées son père

Avant, dans la voiture, ils avaient dû parler. Nicolas, assis à l’arrière, trouvait difficile de se faire entendre à cause du bruit de la soufflerie, poussée au maximum pour désembuer les vitres. Son souci était de savoir s’ils trouveraient sur la route une station Shell. Pour rien au monde, cet hiver, il n’aurait consenti à ce qu’on achète de l’essence ailleurs, car

La dernière re partie du trajet s’effectua

( Extrait 1)

La neige recouvrait tout. Il en tombait encore, des flocons que le vent faisait doucement tournoyer. C’était la première fois que Nicolas en voyait autant, et du fonds de sa détresse, il ressentit de l’émerveillement. L’air glacé de la nuit saisit sa poitrine à demi nue, contrastant avec la chaleur de la maison endormie derrière lui comme un gros animal repu, au souffle tiède et régulier. Il resta un moment sur le seuil, immobile, puis avança une main sur laquelle se posa légèrement un flocon, et sortit.

(Extrait 2)

Il tremblait de tout son corps, doucement, sans même s’en rendre compte. Il n’avait pas perdu conscience, mais les pensées n’arrivaient plus à circuler dans les canaux de son cerveau qu’engourdissait le gel. Parfois, c’était comme un poisson engourdi, hébété, qui des profondeurs noires et calmes, montait vers la surface, approchait de la pellicule de glace qui la recouvrait, et avant de disparaître à nouveau, happé par le noir, laissait une petite trace, un clignotement, le sillage aussitôt effacé d’un étonnement : c’était donc cela mourir. Plonger ainsi, lentement, dans la torpeur, le gel, jusqu’à l’endroit calme, noir et profond où bientôt il n’y aurait plus de Nicolas, plus de corps pour trembler, plus de consolation à attendre, plus rien. Il ne savait plus si ses yeux étaient ouverts ou fermés. Il sentait le contact du volant sur son front, mais ne voyait rien … (…)

Ma Note (/5) : 🦋 🦋🦋🦋🦋

J’avoue avoir été réellement surprise à la lecture de ce livre, je n’en avais lu aucune critique au préalable.

Je m’attendais à une histoire d’adolescents partis en classe de neige, avec leurs Joies et leurs Peines, avec leurs tracas habituels. J’étais à milles lieues de l’intrigue réelle.

Dès les premières lignes, je me suis attachée à Nicolas, d’une façon viscérale, maternelle.

Le voyage en classe de neige de Nicolas débute de façon assez catastrophique. On sent tout de suite qu’une menace semble peser sur lui qui est un garçon plutôt introverti. Un évènement aussi dramatique qu’inattendu le pousse à s’enfermer petit à petit dans un monde imaginaire assez sombre auquel la réalité n’a, hélas, rien à envier.

Ah oui, au fait, j’ai adoré !!

Publicités

5 commentaires

  1. Je suis bien contente d’une part de découvrir ton journal de lecture et d’autre part, de constater que tu as bien aimé ma suggestion. Je note le lien de ton billet pour mon bilan mensuel. Au plaisir!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s